top of page

HORS LE TOI

Une pièce de théâtre et mouvement, qui traite de deux êtres qui s'aiment et de leur espace.

 

Un engagement des corps essentiel, dans une démarche non seulement esthétique mais aussi dans un mode de langage non-verbal, pour exprimer toute cette part de communication silencieuse. 

Une immobilité qui est mouvement et un silence, des mots.

Un langage émotionnel puissant qui offre des temps de respiration, de poésie, de sensible légèreté dans cette histoire où l'espace est menacé, rétréci, où la respiration est difficile.

Une scénographie épurée, composée de deux cloisons mobiles, qui permet de moduler les espaces entre les personnages, de jouer avec les respirations, les scènes de vie quotidienne, les contraintes, l’enfermement, la menace, la fuite…

Des cloisons qui sont aussi supports à écrire, à dire, à laisser des traces.

Traces et mémoires des violences invisibles.

Des silences qui donnent des mots aux maux et démontre la complexité du couple enfermé dans l'engrenage des violences intrafamiliales et la prise en otage des enfants, co-victimes. 

Des enfants, présents en voix et non en personnages physiques concrets qui permettent de souligner leur invisibilité dans ces histoires.

Une voix qui raconte, témoigne et accompagne, qui représente aussi tout ce qui est invisible et silencieux, tout ce qui agit en silence avec le temps ainsi que les pensées duelles incessantes entre la mère et la femme,

bottom of page